Aller au contenu

Présentation

Le Centre Bois-Gibert, doté d’un plateau technique de grande qualité, offre une prise en charge pluridisciplinaire du patient, associant activités de réadaptation physique, éducation thérapeutique, diététique et préparation de la réinsertion sociale et professionnelle. Le centre de rééducation cardio-vasculaire Bois-Gibert est une référence sur l’ensemble du territoire national et accueille des patients de tous départements.
'

L'établissement

L’établissement compte six unités fonctionnelles représentant 115 lits et places autorisés, répartis comme suit :

Le centre Bois-Gibert réunit donc, au sein d’une même entité juridique, une activité de réadaptation cardiovasculaire, et plus récemment, une activité de réadaptation de la basse-vision.

La prise en charge

Le programme de réadaptation fonctionnelle cardiovasculaire associe :

  • l'évaluation fonctionnelle,
  • l'initiation du reconditionnement à l’effort,
  • la prévention et l'éducation thérapeutique,
  • l'aide à la réinsertion socioprofessionnelle.

Le mode de prise en charge varie selon le profil des patients accueillis.

  • L’hospitalisation complète accueille :
    • des patients à haut risque de complication du fait de la précocité de la phase aigue ou de la sévérité de la pathologie,
    • ou des patients présentant un profil psychologique nécessitant un suivi,
    • ou des patients dont l’absence d’autonomie, l’isolement familial ou l’éloignement de l’unité de réadaptation cardio-vasculaire contre-indiquent une prise en charge en hospitalisation de jour.
  • L’hospitalisation de jour accueille des patients autonomes, sans complication, résidant à proximité (délai inférieur à 30 minutes), pour la prise en charge de toute affection cardio-vasculaire stabilisée, en relais ou non d’une hospitalisation complète :
    • des suites simples de syndromes coronariens aigus, notamment les suites de syndromes coronariens aigus à troponine négative traités par angioplastie,
    • des suites simples de chirurgie cardiaque ou vasculaire après quinze jours,
    • des insuffisances cardiaques chroniques après stabilisation,
    • des artériopathies des membres inférieurs.